F-22 Raptor fait son baptême de feu

Actualité avions| aviation

Le F-22 Raptor est un avion chasseur des États-Unis et est le plus coûteux de tous ses avions de chasse. Il vaut dans les 150 millions de dollars à l’unité, soit environ 100 millions d’euros. Depuis que l’armée américaine s’est dotée de ce type d’avion, c’est la première fois qu’ils sont utilisés dans une attaque réelle.F-22 Raptor

Le Raptor F-22

Il a été fabriqué par Lockheed Martin et sa production a été arrêtée en 2011 après que l’entreprise ait fabriqué 187 unités de série et 8 appareils de tests.

Tous les Raptor ainsi fabriqués sont monoplaces et depuis cette année, l’armée américaine en a perdu quatre dans des accidents.

Le F-22 Raptor est le plus coûteux de chasseurs de l’arsenal américain et son prix se mesure à ses performances. En effet, sa vitesse peut atteindre 2,25 Mach, soit deux fois la vitesse du son et cette furtivité lui permet d’échapper à la majorité des radars.

Le mardi 23 septembre dernier, le Raptor sort enfin au grand jour pour participer à sa toute première opération réelle.

Le Raptor fait son baptême de feu

Pour la première fois depuis sa création, les États-Unis ont utilisé le F-22 Raptor dans une opération réelle qui s’est déroulé le mardi 23 septembre dernier. Pour ce baptême, le Raptor a mené des attaques contre les djihadistes de l’État Islamique (EI) en Syrie.

Il faut noter que le Pentagone n’a pas tenu à indiquer le centre d’opération de ces avions furtifs, mais selon certaines sources, la base aérienne d’al-Dafra, dans les Émirats Arabes Unis (EAU) accueille régulièrement ce type de chasseurs.

Des cibles bien précises pour cette opération

Selon le porte-parole du Pentagone, cette opération de coalition est la première intervention étrangère depuis le début de la guerre civile en Syrie en 2011. Pour mener l’opération, les États-Unis ont sorti le grand jeu et pas uniquement le Raptor F-22. En effet, ils ont aussi lancé des drones, des bombardiers et un peu plus de 47 missiles Tomahawk ont été tirés depuis les navires américains présents dans les eaux internationales du Golfe et de la Mer Rouge.

Selon le Pentagone, ces attaques avaient des cibles précises à savoir des centres de commandement, des sites d’entraînement, des centres de bases, des véhicules armés, des dépôts, des camions de ravitaillement, … bref, tout ce qui peut contribuer à détruire l’ennemi. Ces cibles ne se situent pas sur une seule région, mais on les retrouve dans le centre du pouvoir de l’État Islamique, dans les régions de Raqa dans le nord, dans la région de Deir Ezzor dans le nord-est, à Boukamal également au nord et dans la région d’Hassaka dans le nord-est du pays.

Pour mener une telle opération, l’US Air-Force avait des alliés arabes qui luttent depuis longtemps contre ces djihadistes de l’EI.

Category: Actualité avions, aviation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *