Ukraine : quels sont les avions de chasse du pays ?

 
aviation| Avions de chasse| ,
5/5 - (1 vote)

Tout comme ses consœurs d’Europe orientale et d’Asie, l’Ukraine est lourdement militarisée. Le pays dispose d’une force aérienne, marine et terrestre. L’état-major de la force aérienne ukrainienne se trouve dans la ville de Vinnitsa. Elle est équipée en majorité d’avions de fabrication soviétique. Parmi les républiques socialistes soviétiques, l’Ukraine élabore l’une des plus stratégiques.

D’après les statistiques de 2014, l’armée de l’air ukrainienne et les forces de défense aérienne contiennent environ 43 000 personnes et 247 avions. L’armée ukrainienne se divise en trois commandements régionaux : Ouest, Est et Sud. Chacun d’eux dispose de plusieurs brigades tactiques qui sont régies par une base aérienne. Parmi les avions que disposent le pays, nous nous intéresserons dans cet article aux avions de chasse.

Soukhoï Su-27

Soukhoï Su-27 Ukraine

L’Union Soviétique prend conscience dans les années 1970, qu’elle n’est plus aussi en avance du point de vue technologique par rapport à l’Occident. En effet, de nombreuses menaces ont été listées dans l’arrivée de Tueur de Foxbat, le F-15. Face à cette nouveauté, les soviétiques n’ont eu rien pour s’y opposer.

En réponse à ce retard, l’effort fut intense et donna lieu à des appareils hautement sophistiqués afin de contrer les autres occidentaux. Parmi ces efforts se trouvait les avions militaires ukraniens Sukhoï Su-27, baptisé par l’OTAN, Flanker. Le nouvel appareil a pris du temps pour être mis en place. Les premiers essais ont d’ailleurs été un désastre. Le T-10 Flanker-A fut le premier prototype déployé.

Ce premier prototype a été repéré par les satellites-espions des Etats-Unis au niveau des pistes du centre d’essais de Ramenskoye, près de Moscou. Il fut ainsi baptisé Ram-K. C’était encore un appareil moins performant. Plusieurs versions du T-10 se sont écrasées. En 1978, le premier prototype s’écrase. Le T-10S subit le même sort en 1981. Mais cette-fois ci, ce dernier prototype fut prometteuse. Après ces plusieurs essais, la production de la série Su-27 commença finalement en décembre 1984.

Si l’on se référait à l’apparence, le Sukhoï Su-27 se rapproche d’un MiG-29. Par contre,  il est plus imposant. L’avion de chasse présente une structure arbore un grand pourcentage de métaux rares tels que le titane. Quant à sa voilure, elle affiche une voilure delta qui n’en est pas parfaitement une.

Le Su-27 est bidérive et bimoteur. Côté motorisation, le Flanker affiche des performances exceptionnelles grâce à ses deux turbofans Lyulka AL-31F. L’appareil présente un rapport poussée/poids supérieur à 1. Aussi, le Su-27 propose une endurance similaire à un Mirage IV, s’équipe des mêmes armes qu’un F-15 et se manie  tel un F-16.

En effet, d’un point de vue pratique, le Su-27 qui est le premier chasseur soviétique équipé de commandes de vol électriques, constitue un avion de chasse doté d’une agilité impressionnante. Lors des meetings, l’avion présente une figure dite du Cobra. Dans cette figure, le Flanker se cabre brutalement vers l’arrière.

L’avion de chasse est également équipé d’un armement féroce. Les premiers appareils de la série possédaient 10 points d’emport. Chacun de ces points pouvait porter un missile air-air R-27 (AA-10 Alamo) ou R-73 (AA-11 Archer) qui étaient accompagnés d’un viseur de casque ou des charges air-sol.

Par contre, même avec des capacités air-air, les premiers appareils ont été limités. Par exemple, les Su-27S ne pouvaient lancer que deux cibles sur un même tir. Les Su-27P, quant à eux, n’engagent qu’une seule cible.

Concernant le radar, le Flanker portait un radar moins performant, mais après des efforts soviétiques permettent d’équiper le Flanker d’un radar Tikhomirov N001 de 100 kilomètres de portée ainsi que d’une optronique frontale de détection et de poursuite passive au niveau de la partie supérieure du nez.

L’appareil dispose également d’un système complet d’autoprotection. Ce dernier est composé d’un brouilleur Pallad, d’un détecteur d’alerte radar SPO-15 Beryoza et d’une lance-leurres. Plusieurs variantes ont également vu le jour dont le SU-30, SU-33, SU-35 et SU-37.

A lire aussi : Sukhoï Su-34 : un bombardier tactique russe

Mikoyan-Gourevitch MiG-29

Mikoyan-Gourevitch MiG-29 Ukraine

Le MIG-29 est un avion de chasse développé par l’Union Soviétique dans les années 1970. Le premier vol de l’appareil a eu lieu le 6 octobre 1977. En 1971, les VVS soviétiques mettent en place le programme LFI (Logkii Frontovoi Istrebiyel). Le but du programme était de proposer un appareil léger, maniable et opérationnel même sur les terrains peu aménagés.

La principale mission de l’appareil était d’assurer la défense aérienne des premières lignes de front. En revanche, il possède des capacités air-sol relativement limitées. Les premiers prototypes ne pouvaient pas être ravitaillés en vol. Ils avaient également une faible autonomie. Le LFI allait former les 2/3 de la future flotte de chasse du pays dont le SU-27 compose le tiers. Puis, finalement, le programme finit par aboutir à l’Izdelye 9 qui fut baptisé MiG-29.

Le MiG-29 est composé en grande partie d’aluminium dont 7% de sa cellule fait appel aux matériaux composites. C’est le premier avion de chasse d’Ukraine à disposer d’un optronique secteur frontal qui fonctionne à infrarouge passif (IRST). L’appareil possède un radar NO-19 d’une portée de 100 km avec capacité look-down/shoot-down.

Il est également équipé d’une liaison de données Laszlo et d’un détecteur d’alerte radar SO-69 Sirena 3. L’avion de chasse est capable de porter près de 3000 kg de charges offensives en dessous de 6 points d’emport. Cette capacité équivaut à 2 missiles R-27 et 4 missiles R-60, ou 4 R-27 et 2 R-73, des roquettes S-8 et S-24, et éventuellement une bombe nucléaire RN-40.

Le MiG-29 est équipé de réacteurs donnant accès à un rapport poids/poussée supérieur à 1. La capacité d’emport pour le carburant est de 4365 L. L’une de ses missions était de détruire des AWACS de l’OTAN.

Durant ses années de production, le MiG compte près de 1600 exemplaires dont 900 ont été exportés auprès des usines Znamia Truda de Moscou (dans le cas des appareils monoplaces) et de Nijni Novgorod (dans le cas des biplaces). La production des premières versions s’est arrêtée en 1992.

Sur le plan opérationnel, le MiG-29 a fait face à un baptême de feu en Afghanistan. Il a été utilisé dans le cadre des missions air-sol. Puis, les soviétiques aboutissent au MiG-29S qui dispose d’une auto-protection améliorée par l’emport de 60 leurres (30 chaffs et 30 flares). Les pays utilisateurs de cet avion de chasse améliore leurs appareils, chacun de leur côté.

A lire aussi : Souhkoï Su-35 : le plus performant chasseur de tous les temps ?

 

 

Tags: ,

Category: aviation, Avions de chasse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code