Le Su-35 : le plus performant chasseur de tous les temps ?

Avions de chasse

Depuis la demande de Bachar el-Assad auprès de la Russie, celle-ci s’applique à défendre la Syrie contre ses attaquants. Pour remplir sa mission, elle a déployé des moyens énormes sur le territoire et y a même envoyé le Su-35 connu pour être le plus performant chasseur de toute l’histoire de l’aviation. Ces nouveaux oiseaux sont arrivés dans le ciel Syrien depuis janvier 2016 pour effectuer des missions de combat. Le vice-premier ministre russe en la personne de Dmitri Rogozine a même conseillé à ses adversaires de ne pas lancer un défi à ses appareils de génération 4++.

Historique

Le Souhkoï Su-35 connu sous le nom de Flanker-E par le code de l’Otan est un chasseur multirôles russe appartenant à la génération 4++. Il a été conçu pour renforcer les capacités offensives du Su-27.

À l’origine, le Su-35 devait désigner la version modifiée du Su-27. Sa conception a été lancée en 1992 sous les ordres des forces aériennes russes. Cette version d’export a participé à de nombreux meetings aériens et fut baptisée officiellement Su-35BM.

Le premier prototype, réalisé à l’usine Komsomolsk-na-Amure Aviation Producation Association (KnAAPO) a été achevé en 2007. Il fut présenté, la même année, au salon aéronautique de Moscou (MAKS). Durant un vol d’essai en date du 14 avril 2009, un prototype du Su-35BM s’écrasa au sol.

Le 18 août 2009, le ministère russe a signé un premier contrat pour l’acquisition de 48 appareils livrés en 2015. Un second contrat pour une nouvelle livraison a été signé le 31 juillet 2014 pour 40 appareils en plus à livrer après 2015.

Deux premiers Su-35S sont entrés en service en 2011, huit autres en 2012 et 12 autres en 2013. Les derniers appareils de la première commande furent livrés le 16 février 2016.

D’autres pays comme la Chine ont aussi passé commande pour des Su-35.

Les caractéristiques des premières versions

La première version, le Su-35BM était un chasseur à trois plans, moins instable que le Su-27 et pourvu de nouvelles commandes de vol électriques quadruplexées. Il était également équipé de plans canards pour améliorer son agilité et ses performances au décollage et à l’atterrissage.

Ces plans canards avaient pour autre mission de souffler la couche limite par la génération de vortex et de remplir le rôle de fentes aux grandes incidences. Ces plans ont été présents sur les :

  • Su-33, la version navalisée
  • Su-30MKI, la version biplace qu’utilise l’Inde
  • Su-37, le modèle qualifié de démonstrateur ou hypermanœuvrant

Leur présence se limite toutefois à ces trois appareils puisque le Su-35S en est dépourvu.

Le Su-35S

Les caractéristiques du Su-35

Le Su-35 est une version très modernisée du Su-27. Il en conserve l’aspect global de la cellule. Le Su-35S se démarque de tous ses prédécesseurs par sa « super-manoeuvrabilité » que lui procurent ses deux moteurs 117S à poussée vectorielle. Chacun d’eaux peut développer jusqu’à 14 500 kgf.

Sa cellule se compose de matériaux composites lesquels le rend plus performant avec une durée de vie annoncée à 6 000 heures de vol selon son constructeur. Il est également pourvu de :

  • une perche de ravitaillement en vol au niveau du côté gauche du cockpit
  • volets des empennages verticaux qui se braquent vers l’intérieur et qui sont venus remplacer l’aérofrein dorsal
  • commandes de vol électriques
  • turboréacteurs Saturn Al-41F1S composés de déflecteurs : ces derniers permettent à l’appareil d’ajuster son tangage et d’accroître son angle d’attaque
  • une meilleure capacité d’emport et de charge offensive grâce au renfort de la cellule
  • trains d’atterrissage
  • deux points d’emport en plus
  • une meilleure furtivité de l’appareil pour certains de ses angles d’évolution
  • systèmes embarqués plus modernisés
  • un siège éjectable KD-36M incliné à 30° de types zéro-zéro
  • trois écrans multifonctions en couleur et d’un quatrième monochrome
  • système HOTAS couplé à un manche central situé entre les jambes du pilote
  • puissant radar à balayage électronique baptisé Irbis-E à l’avant : ce dernier a la capacité de détecter et de traquer une trentaine de cibles dans un rayon de 400 km
  • un radar de queue N-012 qui est moins performant que l’Irbis-E
  • un capteur optronique OLS-35 qui représente son système de recherche passif pour l’attaque de cibles terrestres. Ce dernier se situe en forme de boule au niveau du nez de l’appareil. Il permet de détecter les cibles que l’on peut difficilement détecter aux radars
  • systèmes d’autodéfense actifs de dernière génération à savoir des pods de brouillage, des leurres thermiques, un radar et un système d’alerte radar. Ces fonctionnalités font de lui un avion furtif

En termes de capacités offensives, le Su-35S est équipé :

  • d’un canon Griazev-Chipounov GCh-30 de 30 mm approvisionné de 150 coups
  • de missiles à longue portée : R-33M / 37
  • de missiles air-air de moyenne portée : R-27EA et R-77RVV-EA
  • de 12 points d’emport au niveau des ailes et des fuselages pour pouvoir emporter huit tonnes d’armes telles que bombes lisses et guidées, missiles, roquettes, missiles de croisière, pods de guerre supplémentaires, … et même des réservoirs supplémentaires

L’appellation Su-35S désigne les Su-35 opérés par les forces aérospatiales russes. Sa vitesse maximale à haute altitude est de 2 500 km/h ce qui le rend plus rapide encore que le F-35, un chasseur de cinquième génération. Le Su-35 est même plus rapide que le fameux F-16 qui est, lui aussi, un chasseur de cinquième génération.

En ce qui concerne leur autonomie, ces appareils peuvent voler sur 4 500 km sans ravitaillement.

Category: Avions de chasse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *