Kosta Rozanoff : d’ingénieur à pilote de chasse

Les pilotes et les aviateurs

Né en 1905 à Varsovie, en Pologne, Kosta Rozanoff, de son vrai non Constantin Rozanoff est connu pour avoir été le premier aviateur français à avoir volé à bord d’un jet de combat de construction française. Même si aujourd’hui, il n’est plus de ce monde, son nom est encore réputé dans le secteur de l’aviation française comme le prouve la Base aérienne 118 de Mont-de-Marsan qui porte son nom.

Ses débuts

Constantin Rozanoff est né le 23 août 1905 dans une famille juive. Lorsque les persécutions antisémites ont débuté en Pologne, sa famille a fuit le pays pour la France. Le pilote n’avait que six ans à cette époque. Une fois la petite famille bien établie à Paris, Constantin fut la fierté de ses parents parce qu’il était un élève vraiment brillant. Cette voie l’a amené à un diplôme d’ingénieur obtenu auprès de l’Ecole Centrale.

Intègre l’armée de l’air

Kosta Rozanoff est né sous la nationalité polonaise, mais en 1927, il obtient la nationalité française et a pu intégrer l’Armée de l’Air. Au bout de trois ans, il obtient le brevet de pilote de chasse.

La seconde guerre mondiale

Constantin Rozanoff était déjà pilote de chasse lorsque la deuxième guerre mondiale a éclaté. Il y a participé en conduisant le Curtiss 75 avec lequel il a pu abattre deux chasseurs allemands dans la zone aérienne française. Durant l’armistice, le pilote est muté à Vichy avant de rejoindre la France Libre en 1942. Là, il se retrouve à la tête du GC II/5 et pilote un P-40 Warhawk. Malgré cette brillante carrière en tant que pilote de chasse, Kosta Rozanoff a déjà d’autres projets pour l’après-guerre, car il était avant tout ingénieur.

Un pilote ingénieur

Pour la France, l’avoir dans l’Armée fut une fierté puisqu’il a été le second pilote français à avoir eu l’autorisation de voler sur le Gloster Meteor, un jet de combat. Pour y arriver, il a dû suivre une formation et bien sûr réussir le test. Selon lui, le Gloster Meteor est l’avenir de l’aviation militaire et déjà, il a quelques plans en tête pour sa future carrière d’ingénieur. Lorsque la guerre a laissé définitivement place à la paix, Kosta Rozanoff grimpe au grade de colonel et dirige le CEV à Mont-de-Marsan.

Une carrière chez Dassault

Tombe Constantin Rozanoff

Kosta Rozanoff a intégré l’entreprise Dassault en 1946 pour occuper le poste de chef de pilote d’essais. Il était également un grand ami de Marcel Dassault. Sa carrière pour ce poste aura toutefois tourné court, car il meurt en 1954, à seulement 48 ans durant une présentation publique du Mystère IV. L’avion qui volait à une trop basse altitude a été la source de l’accident. Avant de mourir dans cet accident, Constantin Rozanoff a eu le temps de :

  • Devenir le premier pilote français à avoir volé sur un avion de chasse construit en France
  • Devenir le premier pilote français à passer Mach 1 en vol horizontal sur un avion français
  • Mettre au point le Mystère II et le Mystère IV que Marcel Dassault lui a confié

Category: Les pilotes et les aviateurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *