Vador prend son poste dans l’armée de l’air française

 
Actualité avions| Avions de chasse

Comme annoncé dès 2020, Vador, le nouvel espion de l’armée française a pris son poste depuis peu, cet été. Il s’agit d’un petit avion au nom évocateur puisque, comme le personnage phare de la saga Star Wars, Vador sera le nouvel œil très discret de l’armée de l’air française. Il a vocation de pouvoir tout voir à l’insu des ennemis. Zoom sur ce nouvel avion qui promet de faire une belle carrière dans l’armée.

Les spécificités de Vador

Vador est un dérivé du King Air 350 de Beechcraft. C’est un petit turboréacteur de seulement 17 m d’envergure pour 14 m de long. Dès le début, il a été conçu pour devenir le nouvel espion de l’armée de l’air française. Une version d’affaire a toutefois été conçue avec un intérieur beaucoup plus luxueux. Cette dernière peut accueillir jusqu’à 11 personnes à son bord et affiche une autonomie de 5 000 km.

Un avion espion

Un avion espion

Vador est certes emprunté au célèbre personnage de Star Wars, mais en réalité, il est l’acronyme de « Vecteur aéroporté de désignation, d’observation et de reconnaissance ». Autrement dit, il a l’espionnage qui coule dans ses veines. Cet avion léger de surveillance et de renseignement (ALSR) a été amélioré pour être plus discret que le premier prototype, alors plus imposant. Au final, il porte bien son nom, car comme Dark Vador de la saga, il a le pouvoir de tout voir.

Prêt pour prendre son poste

Après avoir été entraîné sur la base aérienne d’Evreux par l’escadron électronique aéroporté 1/54 « Dunkerque », Vador s’est envolé pour le Djibouti où il sera davantage mis à l’épreuve. Après quoi, il s’envolera pour le Sahel afin d’intégrer la force Barkhane.

En tant qu’ALSR, il se chargera de missions de renseignement, de reconnaissance et de surveillance. Malgré son aspect rudimentaire, il a été doté d’une technologie de pointe pour mener à bien ses missions. Parmi ses principales armes, on peut citer une armée de capteurs et de caméras. Grâce à cet arsenal, il a la capacité d’intercepter les échanges de télécommunication, des images ainsi que des ondes émises par des radars.

Lire aussi – L’armée de l’air, chaque escadron a son type de Rafale

Il prendra la relève des avions de la DRM

Au fur et à mesure que les Vador seront déployés, ils prendront la relève des avions que la CAE Aviation a loués auprès de la DRM (Direction de renseignement militaire) et de la DGSE.

Il faut effectivement noter que d’autres Vador doivent intégrer l’armée dans les années à venir. Le troisième sera notamment livré dès 2023 alors qu’à l’origine, il était prévu pour 2027. Les cinq autres seront, quant à eux, livrés, d’ici à 2030.

Category: Actualité avions, Avions de chasse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code