Londres choisit le F-35B et chasse les Rafale français

Actualité avions|
Découvrez aussi :

Les Rafale ne pourront pas atterrir sur les portes avions britanniques

En dépit de la coopération franco-britannique conclue en début d’année, la Grande Bretagne a choisi comme catapulte le F-35B, l’avion du constructeur américain Lockheed Martin.

Philip Hammond, le ministre de la Défense britannique a annoncé au cours de la semaine dernière que Londres a opté pour la version à décollage court et appontage vertical de l’avion de combat américain F-35B américain afin d’équiper ses porte-avions.

Or et dans le cadre de la coopération franco-britannique, il était prévue de choisir la version catapultable du F-35C. Conséquence à ce changement : les Rafale ne peuvent pas se poser sur les porte-avions de Sa Majesté, dépourvus de catapultes.

Londres choisit le F35-B

 

  Londres choisit le F35-B

 

 

Selon le ministre de la Défense britannique, le choix du F-35B est
justifié par « l’augmentation inacceptable et les délais » de livraison du
F-35C. La version F-35C aurait permis aux avions de combat français et
britanniques d’utiliser indifféremment les porte-avions de l’un ou
l’autre des deux pays.

Un expert français rappelle ce pendant, que le choix du F-35B est
incompréhensible puisque ces avion sont sur la sellette et pourraient
être abandonnés d’ici à 2013.

De plus, Philip Hammond estime que le choix du F-35C aurait coûté la
Grande Bretagne 2 milliards de livres soit 2,5 milliards d’euros afin
d’équiper ses porte-avions de catapultes. Il a ajouté que « la décision
concernant les porte-avions, qui avait été prise en 2010, était légitime
à l’époque, mais les faits ont changé et nous devons changer notre
approche en conséquence. Ce gouvernement ne va pas aveuglément
poursuivre des projets sans considération pour l’augmentation des coûts
et des délais ».

Les militaires britanniques préféraient cependant le F-35C pour son
rayon d’action et son système d’armement supérieurs. La Royal Navy ne
pourrait en recevoir qu’en 2023, c’est à dire 3 ans après la date prévue
de lancement du nouveau porte-avions par la Grande-Bretagne, qui n’a
pas encore ce type de bâtiment.

Tags:

Category: Actualité avions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *