Le raid israélien en territoire syrien

general| ,

La Syrie a accusé, mercredi soir, Israël d'avoir directement bombardé un centre de recherche militaire près de Damas, une installation située près de la frontière avec le Liban.

Selon le gouvernement du président syrien, Bachar Al Assad, le raid aérien a visé un centre de recherche militaire sur "l'amélioration de la résistance et l'autodéfense" situé entre Damas et la frontière libanaise. "Un avion de combat israélien a violé notre espace aérien à l'aube et a directement bombardé un centre de recherche sur l'amélioration de la résistance et l'auto-défense dans la région de Jomrayah dans la province de Damas", a affirmé l'armée dans un communiqué publié par l'agence officielle Sana. L'armée syrienne a fait état de deux morts et cinq blessés parmi les employés, le bâtiment ayant été "partiellement détruit".

 

raid israélien
 

 

En revanche, selon certaines sources, non confirmées par l'armée israélienne, la frappe aérienne, qui a eu lieu dans la nuit du mardi au mercredi 30 janvier, vers 23 h 30, aurait visé et détruit un convoi transportant des armes destinées au Hezbollah libanais.

Selon ces mêmes sources, des missiles anti-aériens SA-17, de fabrication russe, se trouvaient dans la cargaison détruite. Ce type d’armement sophistiqué est susceptible de modifier l’équilibre des forces entre l’armée israélienne et le Hezbollah.

Israël a déjà menacé à plusieurs reprises d'attaquer des convois qui pourraient transporter des armes chimiques ou d'autres types d'armement dont dispose l'armée syrienne vers le Hezbollah libanais.

Au lendemain de l'annonce par l'armée syrienne du bombardement d'un centre de recherche militaire par l'aviation israélienne, les autorités israéliennes gardent le silence le plus complet.

Interrogé par la radio publique, Youval Steinitz, ministre israélien des Finances et membre du cabinet de sécurité s'est refusée à tout commentaire. Tzahi Hanegbi, député du Likoud, proche du premier ministre Benjamin Netanyahou et ancien président de la commission de la défense et des Affaires étrangères, a déclaré "D'une manière générale, Israël ni dément ni ne confirme ce genre d'activités militaires pour des raisons de sécurité".

L'armée libanaise a fait état d'un survol particulièrement intensif de son territoire, affirmant que 16 avions de combat israéliens étaient entrés dans l'espace aérien libanais durant la journée de mardi. "En violation de la souveraineté libanaise et de la résolution 1701, huit avions de combat israéliens ont survolé plusieurs régions libanaises à partir de 9 h 30 (7 h 30 GMT) (…) et le dernier a quitté l'espace aérien libanais à 16 h 30", a déclaré l'armée libanaise dans son communiqué.

La Russie s'est déclarée, ce jeudi 31 janvier, "très préoccupée" par "une attaque contre le territoire d'un Etat souverain" et a indiqué qu'elle condamnerait cette attaque si l'information s'avérait exacte.

Les autorités iraniennes ont affirmé jeudi que le bombardement israélien à la frontière entre la Syrie et le Liban aura "de sérieuses conséquences pour Tel Aviv".

Tags: ,

Category: general

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *