Dassault Rafale : l’ avion de chasse de Dassault

aviation| Avions de chasse

Le Dassault Rafale avion de chasse multirôle

Le Dassault Rafale est un avion de chasse français conçu par l’avionneur Dassault Aviation. Il s’agit du résultat d’un projet lancé dans les années 1980 pour la normalisation des forces d’armées françaises et qui a pour but de remplacer les avions en service dans l’Armée de l’air et la Marine nationale dans les horizons de 2025.

Dassault Rafale

  Dassault Rafale

Le Rafale a été mis en service le 18 mai 2011. Depuis 18 novembre 2010 les forces armées françaises se sont équipées de 93 exemplaires de cet avion parmi les 286 commandes effectuées par le gouvernement Français. Destiné à l’exportation vers plusieurs pays notamment le Brésil, il reste cependant sans commande externe ferme jusqu’à aujourd’hui.

 

Le développement du Rafale

Pendant les années 1970 une coopération Européenne nait pour la configuration d’un avion de combat évolué. Elle réunit la France, la RFA et le Royaume Unis. Une coopération qui aboutit à un échec à causes d’une mésentente dans le cahier des charges de chaque pays.

Le Rafale

  Le Rafale

 

En aout 1985, le ministre de la Défense français a annoncé lors du sommet de Turin la sortie de la France  du programme EST-EFA  ce qui a déclenché  le lancement de deux projets le Rafale et l’Eurofighter .

La première sortie de l’ACX, nommé Rafale A fut le 13 décembre 1985 à Saint Cloud en présence de l’industriel Marcel Dassault. Le Rafale A réalise son 1er vol, avec aux commandes Guy Mitaux-Maurouard le 4 juillet 1986au sein du centre d’essais la DGA sur la base aérienne d’Istres.

Le Rafale A est un avion de chasse à aile en double  delta semi-basse, avec un empennage canard rapproché placé en arrière du cockpit pour une meilleure visibilité, une dérive haute, les entrées d’air sont semi-ventrales. La combinaison dont jouit cet avion assure un rapport portance, trainée à la fois et un angle d’incidence élevé. Le prototype utilisé lors de la démonstration est équipé par deux turboréacteurs General Electric F404 au lieu du Snecma M88.

Lorsque le président François Mitterand annonce lors du salon de Bourget en juin 1987 qu’il envisage équiper l’Armée de l’air et la Marine nationale du Rafale, il a été soumis à des critiques et refus de la part de la Marine surtout qui estimait que le Rafale n’arrivera pas à temps pour remplacer le F_8Crusader. Elle se dirige vers l’achat de F/A 18 Hornet.

C’est en 26 janvier 1988 que le projet Rafale est officiellement lancé et le contrat se serait signé en avril 1988. L’étape de la réalisation commence.

Lors du 93ème vol effectué  le 4 mars 1987, le Rafale A passe le Mach2 sur General Electric F404.

Le rafale est décliné en trois version majeures : le Rafale M, un appareil monoplace et le Rafale C un monoplace et Rafale B un avion biplace. Ces deux derniers sont pour  les opérations réalisées à partir d’une base terrestre.

Le Rafale C01 et B01

Pour satisfaire les missions de défense, reconnaissance…le Rafale destiné à l’Armée de l’air est formé de deux versions le Rafale C comme étant un « chasseur » et le Rafale B pour un  biplace.

Un premier prototype du Rafale C, le C01, a été commandé en 1988 et son 1er vol sera le 19 mai 1991. Commence ainsi un long programme de test qui a pour but d’agrandir le domaine de vol du chasseur et s’assurer des performances des turboréacteurs Snecma M88.

Le  Rafale C01 a vu la modification des plans canards et il est muni d’un ballonet.  Sa pointe avant est inclinée vers le bas pour une visibilité meilleure et peut abriter le radar RBE2. On a notamment réduit la surface équivalente radar à l’aide de matériaux absorbants.

Le 1er vol du Rafale B01 est effectué le 30 avril 1993, presque identique au prototype CO1 mais c’est un biplace. Le B01 est de 700 kg plus lourd avec une capacité minimisée de 500 litres.

Le Rafale M

La version Rafale M est particulièrement désignée pour la Marine nationale à cause des opérations spécifique que doit mener un porte-avions.

Deux prototypes ont vu le jour le Rfale M01 et le Rafale M02, qui ont été commandés le 6 décembre 1988 et ont effectué leur 1er vol 12 décembre 1991 pour le M01 et le 8 novembre 1993 pour le M02.

Quasiment identiques au Rafale C01, avec une livrée grise. Contrairement aux anciennes avions de l’aviation navale française, ils ont des ailes fixes.

Les trains d’atterrissage sont conçus de façon à absorber une énergie d’appontage qui conviennent à la vitesse de 6,5 mètres/secondes.

Pour assurer le décollage à partir d’un porte-avions, on a choisie une barre de catapultage ce qui a amené à renforcer le train avant. L’amortisseur comporte le dispositif jump strut qui donne la possibilité de stocker l’énergie lors du catapultage et de la restituer en bout de pont d’envol.

 

Les caractéristiques techniques du Rafale

Comme la plupart des avions de chasses des années 2000, le Rafale est doté d’une voilure aérodynamiquement mobile qui peut effectuer des rotations à de grandes vitesses.

Ceci offre une meilleure maniabilité de l’appareil. Le seul problème est que ce type d’aéronef est difficile à maintenir stable qu’après plusieurs consignes précises tout en utilisant un contrôle manuel direct qui ne peut être que par un seul pilote.

Pour cela le Rafale a un système de commandes de vol électriques en fibre optique avec des niveaux de redondance qui autorise une meilleure maniabilité.

Le Rafale de dassault

  Le Rafale de dassault

 

Ailes du Rafale

 

Le Rafale comporte une aile delta avec une flèche modérée à 48° avec un allongement fort qui permet une finesse d’aile. Cette aile offre un bon accord entre portance et traînée ainsi qu’une grande maniabilité à une vitesse assez grande environ Mach 0,8 à 1 qui peut arriver à une vitesse supersonique.

Ayant une moyenne position sur le fuselage, sa voilure est étendue par des apex à 72° et nommés LERX, Leading Edge Root eXtension. La flèche modérée  de l’aile, malgré qu’elle ait diminué l’incidence de décrochage elle a offert la possibilité d’augmenter les performances à basse vitesse

On a mis 8 commandes sur les ailes pour contrôler le vol. Sur le bord de fuite des ailes, on a installé deux grands élevons et sur le bord d’attaque, on a mis deux becs amovibles.

 

Plans canard du Rafale

 

Le plan canard est la partie mobile qui comporte  deux apex du Rafale. Elle est positionnée d’une façon rapprochées et assez haute par rapport à l’aile.

Des plans canard fixe peuvent influencer l’incidence et la diminuer la formation de vortex. Pour cela Dassault a opté pour les plans canards mobiles pour donner au pilote une meilleure visibilité surtout pour les missions air-sol. Ces plans peuvent être notamment utilisés comme des aérofreins au moment d’atterrissage pour abaisser la vitesse minimale d’approches sur un plan d’atterrissage.

Le Rafale peut faire un décollage en moins de 400 mètres et sa vitesse d’approche minimale est de 115 nœuds. Avec des freins carbone, la distance d’atterrissage est très courte sans le parachute de queue.

 

Prises d’air sur le Rafale

 

Les deux entrées d’air qui doivent alimenter le moteur sont installées sous les apex et non en position ventrale comme sur l’Eurofighter Typhoon. Cette disposition offre une stabilité encore plus meilleure du train d’atterrissage avant. Notamment ces entrées d’air tolèrent l’indépendance des deux moteurs c’est-à-dire plus de sécurité.

Les deux entrées ne sont pas réglables. Ceci offre une conception simple avec une réduction du poids.

 

Rafale Avion multimédia

Les vidéos du rafale

Voici quelques clips vidéos (gratuit) où l’avion de chasse Rafale est le principal objet

Clip vidéo commercial et officiel du Rafale

Category: aviation, Avions de chasse

Comments (2)

  1. Olivier T. dit :

    Superbe avion
    Sans doute, le plus bel avion de chasse fabriqué par l’homme. Bien plus supérieur à l’Eurofighter, F18 et autre appareils.

    😥 Dommage pas encore de vente hors de France…

  2. patou dit :

    l’avion
    c cool mais ca va vite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *