Jean Boulet : un pilote d’hélicoptères hors pair

Les pilotes et les aviateurs

Né le 16 novembre 1920 à Brunoy en région parisienne, Jean Boulet a commencé sa carrière en 1947 à la SNCASE, un groupe qui devint Sud Aviation et plus tard la Division Hélicoptères de la Société Nationale Industrielle Aérospatiale. Après avoir obtenu son bacc, Jean Boulet a suivi des études dans une école polytechnique en vue de devenir ingénieur aéronautique. Par la suite, il a reçu une formation aux Etats-Unis plus tôt dans sa vie pour devenir un pilote militaire avec l’Armée de l’Air française, il fut l’un des tous premiers pilotes étrangers à piloter un hélicoptère de l’US Air Force. Au fil des années, il est rapidement devenu l’un des pionniers de l’histoire des essais de vol d’aéronefs.

Malgré le fait d’avoir subi un accident en pilotant un hélicoptère expérimental en 1950, il s’en sortit sans blessure et n’abandonna pas sa passion. Au sein de la SNCASE, il fut chargé des dossiers au stade de prototypes, dont  SE.3101 et SE.3120 Alouette. En mars 1955, il figure dans l’histoire en réussissant à faire voler l’Alouette II, un énorme succès dans le domaine de l’aéronautique en France après la deuxième guerre mondiale.

Les records

Jean Boulet s’est également démarqué dans l’univers de l’aéronautique grâce à ses exploits. Outre l’essai probant avec l’Alouette, il a réalisé un record du monde en altitude aux commandes de l’hélicoptère, atteignant 8209m en  survolant la ville de Buc (région parisienne). En juin 1972, en pilotant l’aérospatiale SA 315B Lama, il bat tous les records en volant à 12442m d’altitude. Jusqu’ici, ce record n’a pas encore pu être battu. Mais lorsqu’il a réduit la puissance du moteur et a engagé sa descente, le moteur s’est éteint à cause du froid, lui faisant faire une autorotation. Cette dernière constitue alors un nouveau record du monde. En se voyant confier l’essai d’Alouette III, un futur hélicoptère succédant à l’Alouette II, il réalise de nouveaux records d’altitude. Après l’échec du modèle Frelon, il prend les commandes du successeur de cet aéronef, Super frelon et resta un pilote attitré.

Jean Boulet fera à jamais partie de l’histoire de l’aéronautique

Vers le milieu des années 60, Jean Boulet a intégré un programme commun de développement d’hélicoptères, en collaboration avec les Britanniques. Il fut alors aux commandes des prototypes du SA-330 Puma et SA-340 Gazelle. D’ailleurs, ces appareils ont connu un véritable succès, aussi bien en France qu’en Grande-Bretagne. Plus tard, il se pencha sur les dossiers du Lama, grâce auquel il réalisa d’autres records. Au cours de sa carrière, il travailla aussi dans le domaine de la construction navale en se penchant sur les hydroptères.

Jean Boulet prit sa retraite en 1983. C’est le 13 février 2011 qu’il décéda à Aix-en-Provence, commune où il vivait. Il a reçu le grade d’officier de la Légion d’Honneur, tout en étant membre de l’Académie de l’air et de l’espace. D’autre part, il s’est vu décerner la médaille de l’Aéronautique. Les obsèques de Jean Boulet se sont tenues le samedi 19 février 2011 à Aix-en-Provence. Outre ses proches, enfants et petits-enfants, tous ceux qui ont collaboré avec lui ont fait honneur.

En savoir plus sur les Actualités des hélicoptères.

Category: Les pilotes et les aviateurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *