James H Doolittle: La perle de l’armée de l’air américaine

Les pilotes et les aviateurs

James H Doolittle est un nom très familier pour les passionnés d’aviation mais qui peut être inconnu pour le commun des mortels. Né en 1896, il était pourtant un des génies de la flotte aérienne américaine durant notamment la deuxième guerre mondiale à laquelle les Etats-Unis ont participé et la période d’après-guerre. Si ce pays a d’ailleurs gagné la deuxième guerre mondiale, c’est grâce à des pilotes chevronnés à l’instar de James H Doolittle qui était un haut gradé de l’armée américaine. Voici un portrait de cet homme aux multiples talents.

Une étoile au sein des forces aériennes américaines

Après son premier vol en 1917, James H Doolittle sera promu au rang de pilote d’essais au sein de l’armée américaine. Il se spécialise dans la sécurité des pilotes en effectuant lui-même des figures de voltiges dans les airs, notamment aux commandes d’avions d’essais mais également d’hydravion. Il enchaîne par ailleurs avec des expériences sur les manœuvres de vols en s’essayant à la course et en remportant un tournoi en 1925 grâce au  Curtiss R3C, un hydravion biplan. Durant la bataille du pacifique contre les japonais, James H Doolittle, élaborera des plans de génie dont le bombardement de Tokyo en 1942. Les bombardiers responsables de ce raid décollèrent d’un porte-avions et ce fut une réussite qui entraîna la défaite partielle de la flotte japonaise. Il partit en retraite en 1959 après avoir servi au sein du département de renseignement de la CIA, ceci après avoir planifié d’autres raids successifs réussis durant la deuxième guerre mondiale en sa qualité de  Brigadier-Général.

USS Hornet

Un génie dans l’âme

James Harold Doolittle s’intéresse à l’aviation très jeune et saura après plusieurs années que c’est dans les forces aériennes que reposent sa vocation et sa passion. Il réalisera l’exploit qui va propulser sa carrière en survolant le sol américain en partant de Floride en direction de la côte californienne en 1917, à l’âge de 21ans. Effectuée en 21 heures et des poussières, ce vol lui aura valu de recevoir une médaille d’honneur des forces aériennes américaines, la DFC.

En 1910, alors qu’il n’a que 14 ans, il assiste à un meeting aérien qui va le propulser dans la passion des airs. Il commence alors, après des études réussies dans des universités prestigieuses des Etats-Unis, une brillante carrière dans l’aviation américaine. Ses débuts timides en tant que cadet dans l’US Army Signal Corps lui inculqueront les bases nécessaires et les règles fondamentales du pilotage. Malgré le fait qu’il n’ait pas piloté des avions de chasse durant la première guerre mondiale, il réussit à se faire un nom dans l’entraînement et la formation des jeunes pilotes de cette période. Après cela, il intègrera l’ordre des pilotes pour ensuite passer à un rang plus élevé. Il ne pilotera plus d’avions mais restera à servir vaillamment l’armée et son pays jusqu’à sa retraite et ne quittera le domaine de l’aviation qu’à sa mort en 1993.

Category: Les pilotes et les aviateurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *