Dassault Rafale subit une douche froide aux Emirats Arabes Unies

Actualité avions|
Découvrez aussi :

Dassault Rafale, un recul dans les négociations aves les Emirates Arabes Unies

L’annonce de cheikh Mohamed ben Zayed, le prince héritier d’Abu Dhabi lors du Salon de Dubaï la semaine a suscité un choc chez le groupe Dassault qui espérait conclure un contrat de 60 avions de combats.

Ce contrat avec Emirates Arabes Unis est considéré par le groupe comme la deuxième plus importante affaire après le Brésil. Les chances n’ont pas disparue mais selon certains le résultat n’est pas évident suite à des conditions commerciales jugées non compétitive.

Le Rafale

Le Rafale

 

 

 

L’avionneur ainsi que l’état sont toujours à la recherche de la première vente en appareil de combat.  A l’heure actuelle les meilleurs espoirs sont en Suisse et en Inde.
Pour le moment le groupe Dassault mise sur le marché des avions d’affaires ce qui n’est pas certain aussi puisque même avec des commandes de jets Falcon un peu en hausse lors de ces derniers mois, cela demeure fragile à cause de la crise économique.

Les jets d’affaires connaissent notamment une baisse en livraison par rapport à 2010, 35 Falcon pendant le période de janvier jusqu’à la fin de septembre, contre 67 l’année dernière. Le groupe a 29% de recul sur cette période.

Ayant plus de 3,1 milliards d’euros de trésorerie disponible, l’avionneur semble avoir la capacité de se montrer patient vis-à-vis au marché.

La question de passation chez Dassault

Toutes ses problèmes que l’avionneur est entrain de subir posent un grand défi à Charles Edelstenne, le PDG du groupe qui doit atteindre l’âge limite de 65 ans en janvier 2013. Il est aux commandes du groupe depuis 2001, n’étant pas de la famille du fondateur, la passation du pouvoir est soumise à plusieurs suppositions.

Supposons que Charles Edelstenne veuille avoir un nouveau mandat, ce qui n’est tout de même pas gagné d’avance puisqu’il faut avoir les deux tiers des voix du conseil. Or, 46% de Dassault est détenu par EADS qui ne se présente pas comme un fort allié de l’avionneur Français étant donné la concurrence entamé par les deux groupes sur les avions de combat.

 

Tags:

Category: Actualité avions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *