Bruxelles : Airex, Bapex et Volcanex, 3 exercices aériens simultanés

Actualité avions|

Bruxelles, 3 exercices aériens en même temps pour renforcer la coopération du Groupement aérien européen

La base de Vouziers dans la région des Ardennes à Bruxelles a connu récemment 3 exercices militaires, baptisés avec des noms à consonances barbares, Airex, Bapex et Volcanex.

Ces exercices ont pour but d’entrainer les pilotes de chasse à commander des missions militaires aériennes à partir d’une base projetable et de renforcer la maitrise des forces de protection pendant les crises mondiales.

Airex Bapex et Volcanex

 

Airex Bapex et Volcanex

 

Ces 3 exercices, qui se sont déroulés simultanément, visent en fait, à
permettre aux 7 pays du Groupement aérien européen, France, Espagne,
Italie, Allemagne, Pays-Bas, Royaume-Uni, Suède
d’avoir une plus grande
intégration.

Habituellement, chacun des pays participants à ces types
d’exercices s’occupe d’une mission, mais l’originalité de cet exercice
est que tous les pays se sont investis dans les différentes
fonctionnalités.

Pour le général Caspar Fille Lambie, commandant la
défense aérienne et les opérations aériennes, cet exercice a pour but
d’«en tirer le meilleur de chacun ».

On voyait donc des italiens et
des britanniques travaillants ensembles l’exercice d’évacuation, des
français et des allemands pour l’extraction…

Le commandant Lambie
continue : « Jamais dans la manœuvre, la multinationalité n’a retardé la
manœuvre. Loin de freiner cette mixité nous a tiré vers le haut ».

Il
y a eu également une transmission du commandement entre les différentes
nationalités, au début c’était les britanniques au commandement, mais
les français ont pris le relais et ainsi de suite, l’un des colonels
français qui fait partie de l’opération a confié que  « le système
(britannique) était robuste. La transition a été fluide. La défaillance
qui peut être supportée par l’humain est palliée par les procédures. Les
Britanniques ont l’habitude de travailler en corps expéditionnaire ».

Un
major belge estime par contre que « les Britanniques ont une manière
très pointilleuse de travailler. C’est intéressant de regarder la
manière dont ils opèrent en commandement. Il y a des synergies à
rechercher. Car aujourd’hui, il n’est plus possible pour une nation de
travailler seule, le déploiement n’est possible qu’en multinational ».

Plusieurs incidents et imprévus ont été mis en scène pour donner encore plus de réalisme à l’exercice.

Tags:

Category: Actualité avions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *