Ernst Heinrich Heinkel : un avionneur né

aviation| Les pilotes et les aviateurs

Ses débuts dans l’aviation

Ernst Heinrich Heinkel est né le 24 janvier 1888 à Grunbach. Dès 1908, il commença à s’intéresser à l’aviation qui en était encore à ses débuts. Après avoir assisté à la catastrophe du Zeppelin à Echterdingen, le 5 août 1908, il fut convaincu que l’aviation reposait plus sur l’avion que le ballon dirigeable. Dès lors, il orienta sa carrière sur la construction aéronautique qui prenait également son envol en Allemagne. Lorsqu’en 1909, il assista au tout premier salon aéronautique international qui s’était déroulé à Francfort-sur-le-Main, les premières esquisses de son premier appareil lui vinrent en tête. Un an plus tard, aidé des plans de Henri Farman, il réussit à construire son appareil. Les essais qui suivirent ne furent pas plaisants et un des tests a même failli lui coûter la vie. En effet, le 19 juillet 1911, il s’écrasa à bord de son appareil à une hauteur de 40 mètres et en sortit grièvement blessé.

Ernst Heinkel

Ses premiers pas dans les entreprises aéronautiques

  • Chez L.V.G :

Le 1er octobre 1911, Ernst Heinrich Heinkel est embauché par la société Luftverkehrsgesellschaft ou L.V.G. Cette dernière construisait des biplans D 3 semblables aux appareils des usines Albatros qui sont issus des biplans de Henri Farman. En 1912, la L.V.G décide d’apporter quelques améliorations à son biplan. Ce dernier présentait une pointe avant plus petite et s’inspira de ce modèle pour construire un monoplan. La société en a fabriqué 18 exemplaires, tous achetés par l’armée de Terre allemande.

  • Chez Albatros :

En 1913, Ernst Heinrich Heinkel intègre les usines Albatros où il devient ingénieur en chef. Il y développa l’Albatros B.II, le premier appareil de reconnaissance.

  • Chez Hansa-Brandenburg :

Il y travailla en tant que directeur de l’usine aéronautique et pendant son mandat, il y a fabriqué quelques hydravions.

Il a conçu des versions évoluées des appareils fabriqués par Hansa-Brandenburg pour le compte des usines Caspar-Werke. Ces appareils ont été assemblés par la société Svenska Areo AB en partenariat avec Carl Clemens Bücker, fondateur des usines Bücker Flugzeugbau.

La Ernst Heinkel Flugzugwerke A.G

Lorsque Hansa-Brandenburg fut liquidé en 1922 et suite aux restrictions énoncées par le Traité de Versailles, Ernst Heinrich Heinkel décida d’ouvrir sa propre usine. Il décida de s’implanter à proximité de sa ville natale à Grunbach où il ouvre un petit atelier axé dans la modification de véhicules militaires. Il n’abandonna pas pour autant le domaine de l’aviation puisque dans son atelier, il continua de développer des avions que les commanditaires fabriquaient ensuite sous licence à l’étranger. Parmi ses plus fidèles clients, on peut citer la marine de guerre impériale japonaise pour qui il fabriquait sous licence des hydravions lancés par catapulte.

Le titre de « docteur honoris causa »

Pour le récompenser de ses talents, Ernts Heinrich Heinkel reçu, par deux fois, le titre de Docteur Honoris Causa. Le premier lui fut attribué par l’école technique supérieure de Stuttgart en 1925 tandis qu’il reçut le second de l’université de Rostock en 1932.

Le Heinkel He 70

Même si le Heinkel He 70 était un piètre avion de combat, il a marqué la carrière d’Ernst Heinrich Heinkel, du fait de sa brillante conception. Il en a développé pour la Deutsche Lufthansa qui était alors fier de compter dans sa flotte l’avion commercial le plus rapide au monde (à cette époque). En effet, en 1932, il pouvait atteindre les 370 km/h avec un moteur allemand contre 400 km/h avec un moteur Rolls Royce.

La collaboration avec la Luftwaffe

Lorsque Hitler a pris le pouvoir en 1933, la Luftwaffe a été secrètement mise sur pied. Elle passa de nombreuses commandes à Ernst Heinrich Heinkel qui a développé pour elle :

  • Le Heinkel He 70 : un avion commercial qui fut adapté pour être utilisé en tant que bombardier
  • Le Heinkel He 111 : un bombardier bimoteur qui fut longtemps considéré comme le symbole de la puissance économique allemande. Cet avion, même si a été conçu par Heinkel, ne l’appartenait que de nom puisqu’avant tout, il était la propriété de la Luftwaffe
  • Le Heinkel He 177 Greif : un bombardier quadrimoteur lourd dont la masse équivalait aux B-24 américains

Le Heinkel He 176

Durant sa collaboration avec la Luftwaffe, la priorité d’Ernst Heinkel était d’accroître la vitesse de ses avions. Il mena alors des recherches sur les avions à réaction et les moteurs fusées. En 1938, le Heinkel He 176, le tout premier aéronef au monde, a complètement changé le paysage de l’aéronautique. Cet appareil a été conçu pour voler grâce à un moteur fusée utilisant du carburant liquide.

Sous l’influence de l’Etat

Ernst Heinrich Heinkel était un inventeur solitaire et l’Etat n’a eu aucun mal à lui faire pression. C’est ainsi qu’il a pu imposer à l’inventeur un assainissement financier de sa société. Cela a permis au groupe d’accroître ses activités et d’employer un total de 50 000 employés dont la majorité était des prisonniers des camps de concentration ou des travailleurs forcés.

La période d’après-guerre

Ernst Heinrich Heinkel a été arrêté en 1948 en tant que sympathisant du régime nazi. Il fut ensuite libéré puisqu’avait des liens avec un cercle de résistants. Les usines Heinkel ont repris la fabrication de moteurs en 1950, mais à cause des restrictions imposées à l’industrie allemande après la guerre, la société a dû se tourner vers la conception de deux-roues. Il a conçu en 1955 les Kabineroller, des petites voiturettes semblables aux modèles de Willy Messerschmitt. L’homme meurt le 30 janvier 1958 à Stuttgart et sa société passa entre les mains de VFW-Fokker en 1964.

Category: aviation, Les pilotes et les aviateurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *