Un avion syrien abattu par des chasseurs turcs

Actualité avions| aviation

Dimanche dernier, des F-16 turcs ont abattu un avion de combat d’origine syrienne qui se trouvait dans l’espace aérien de la Turquie. C’est ce qu’a déclaré Recep Tayyip Erdogan, chef du gouvernement turc. Selon ses déclarations, cet avion syrien a violé l’espace aérien de la Turquie,  ce qui a mené cette dernière à faire intervenir ses F-16 pour l’abattre. Il a expliqué lors d’un rassemblement électoral de son camp dans le nord-ouest du pays, dans le cadre des élections municipales du 30 mars, que les mesures en cas de viol de l’espace aérien turc étaient sévères.

F-16C

F-16C

L’Etat-major de l’armée de la Turquie a déclaré avoir repéré deux mig-23 syriens vers 11h000 GMT grâce à leurs équipements des centres de contrôle et que des mises en garde avaient été émises quatre fois lorsque ces avions accostaient le territoire turc. L’un des mig-23 s’est introduit dans l’espace aérien de la Turquie du côté de Yayladagi, dans la zone est du poste-frontière de Kassab. Les turcs avaient donc réagi en envoyant un F-16 turc pour tirer sur l’avion syrien qui a péri à près de 1200 mètres de la frontière. Un fait similaire s’est produit antérieurement dans cette même zone où un hélicoptère syrien avait été abattu suite à son entrée dans l’espace aérien turc.

Ejection du pilote

De leur côté, les syriens ont déclaré que cet incident s’est déroulé près de la zone où des rebelles syriens combattaient les forces du gouvernement de Bacher Al Assad dans le but de prendre le contrôle sur le poste-frontière de Kassab. Cet agissement de la Turquie a été qualifié d’« agression flagrante » par les autorités syriennes, en précisant que l’avion avait été abattu par les turcs alors que celui-ci comptait poursuivre des rebelles dans le territoire de la Syrie.

Par ailleurs, les syriens ont spécifié que le pilote a pu éjecter son siège de l’avion avant que celui-ci ne s’écrase. En effet, au début de la journée, des militaires ont affirmé à la télévision syrienne que le pilote a pu s’éjecter de l’avion. L’Observatoire syrien des droits de l’homme ou OSDH a déclaré au regard des premières informations qu’il a reçues que l’avion est tombé dans la frontière syrienne.

Kassab : une zone de tensions  importantes

Le troisième jour consécutif, selon l’OSDH, Kassab demeure un lieu de combats acharnés. L’Observatoire a également déclaré que les rebelles ont pris le contrôle du poste-frontière, mais que le gouvernement détient toujours celui du village situé près de Kassab, où les rebelles ripostent avec des appuis aériens. Selon toujours l’OSDH, les rebelles ont encore attaqué le village de Solas à 25km du sud de Kassab, dimanche dernier dans la province de Lattaquié. Cette zone est en fait un abri des alaouites minoritaires partisans du président syrien.

Dans le nord de la Syrie, à Alep, les rebelles ont déclaré avoir pris contrôle d’un ancien commissariat de police. Ils affirment également que leur lutte a permis d’avancer dans Layramoun et sur une colline située près de la grande route du nord-ouest, à la sortie de la ville.

Category: Actualité avions, aviation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *