Aviation militaire française : les parcs se réduisent

Actualité avions| aviation
No votes yet.
Please wait...
(Dernière mise à jour : 18 décembre 2017)
Le Ministère des Armées a pour missions de développer trois domaines principaux à savoir l’armée de l’air, l’aéronavale et l’aviation légère de l’armée de terre ou ALAT. Ces derniers sont aujourd’hui en crise puisque leur flotte se réduit progressivement. Une situation à laquelle la ministre des Armées souhaite remédier urgemment.

Une réalité catastrophique

Depuis quelques années, les armées n’ont plus assez d’avions opérationnels et pour causes :

  • les coupes budgétaires qui se multiplient
  • le vieillissement des matériels et des appareils
  • l’insuffisance de pièces détachées
  • une mauvaise gestion de la maintenance

Résultats, à l’insuffisance d’appareils se rajoutent de plus en plus d’avions cloués au sol puisqu’en panne. La situation est plus que catastrophique puisqu’aujourd’hui, la France ne peut plus mettre en l’air qu’un Mirage 2000 sur trois, un Rafale sur deux, un Atlantique de patrouille maritime sur quatre, un avion de transport de type A-400M sur cinq et on en passe.

Pour Florence Parly, la ministre des Armées, il est urgent d’y remédier et surtout d’améliorer le Maintien en Condition Opérationnelle (MCO) au sein de l’aéronautique. Elle a également proposé d’autres mesures afin d’obtenir des résultats rapidement.

Aviation militaire française

Les mesures proposées

A l’origine, le Plan de modernisation du MCO ne devait être dévoilé qu’en janvier 2018, mais vu l’urgence de la situation, il a été présenté plus tôt que prévu, à la date du 11 décembre. Même si la ministre a tenu à rester discrète sur les mesures adoptées, elle a quand même précisé qu’elle allait se pencher sur l’organisation complexe du MCO aéronautique.

Questionnée sur le budget, elle a admis qu’aucun rallongement ne sera nécessaire puisque les 4 milliards d’euros alloués chaque année pour entretenir les avions et les hélicoptères sont déjà conséquents. Sur ce capital, sachez que :

  • les 17 % sont consacrés au MCO
  • les 60 % sont destinés au MCO aéronautique
  • le reste est partage entre le MCO naval et le MCO terrestre

Plus d’avions et d’hélicoptères dans l’air

Tel est désormais l’objectif, mais est-ce que la réforme du MCO le permettra ?

Il faut noter qu’au jour d’aujourd’hui, l’entretien de certains matériels coûtent très cher surtout lorsqu’ils comptent entre 30 à 40 ans de service actif. Et les engagements dans des opérations extérieures de haut niveau soulignent encore plus ce vieillissement et les besoins en nouveaux appareils modernes.

En d’autres termes, entretenir les anciens appareils n’est plus une solution pérenne puisqu’ils sont dépourvus de technologies pourtant essentielles de nos jours.

Category: Actualité avions, aviation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *