Marcel Dassault : Qui est Marcel Dassault ?

Histoire de l'aviation| Les pilotes et les aviateurs
Rating: 5.0/5. From 1 vote.
Please wait...

De son vrai nom, Marcel Ferdinand Bloch, Marcel Dassault est le fondateur du Groupe Dassault. Il est né, dans le 9e arrondissement de Paris, le 22 janvier 1892 et est décédé à Neuilly-sur-Seine, le 17 avril 1986. Ingénieur de talent, il a également été un entrepreneur et un homme politique français.

Enfance et famille de Marcel Dassault

Dernier enfant d’Adolphe Bloch et de Noémie Allatini, Marcel avait trois frères ainés. Le premier est mort à son jeune âge, le second, Darius Paul Bloch est devenu générale d’armée et le troisième, René était chirurgien à Paris avant d’être exécuté en déportation à Auschwitz.

C’est au lycée Condorcet à Paris que Marcel fait ses études secondaires. Il intègre ensuite l’Ecole d’électricité Breguet avant de s’inscrire à l’Ecole supérieure d’aéronautique et de construction mécanique. Il en sort, diplôme en poche, en 1913. Depuis toujours, passionné par l’aviation, il a pensé suivre une carrière aéronautique, mais s’oriente vers une carrière d’ingénieur à partir de 18 octobre 1909.

Dassault

Marcel Dassault durant la première guerre mondiale

Durant la première guerre mondiale, il fut mobilisé au laboratoire d’aéronautique de Chalais-Meudon. Il y crée, à titre personnel, l’Hélice Eclair que l’aviation française utilisera durant la première grande guerre.

En 1917, il fonde, avec Henry Potez, la Société d’études aéronautiques. Louis Coroller les rejoint ensuite pour établir le prototype d’un premier avion complet. Le groupe d’amis a baptisé ce premier biplace d’observation, le SEA IV.

Face à ce nouvel appareil, l’armée passa une commande de 1 000 SEA IV, mais la société n’eut le temps de livrer qu’une centaine, la fin de la guerre arrivant rapidement. Le 11 novembre 1918, le reste de la commande fut annulé.

Avec la paix qui s’est établi, le marché de l’aéronautique se retrouve en difficultés. Bloch se convertit alors en vendeur de meubles, de carrosserie automobile et d’immobilier alors que Potez s’attache et crée sa propre compagnie d’aviation.

A découvrir:

Marcel Dassault crée sa première société d’aviation

Quand Poincaré établit le Ministère de l’Air en 1928, Bloch décide de revenir à l’aéronautique en fondant la Société des avions Marcel Bloch.

A la fin de l’année 1931, son entreprise comptait une commande de 20 avions sanitaires.

Deux ans plus tard, en 1933, face à une commande plus importante de Bloch 200, des bombardiers bimoteurs, il dut faire appel à son ami Potez pour sous-traiter certaines unités. Afin de respecter les commandes et les livraisons, la société déménage à Courbevoie en 1935 et comptait 700 ouvriers.

En 1936-1937, durant le Front populaire, la société Bloch, avec ses usines à Courbevoie, à Bordeaux et à Rochefort, fut nationalisée et intégrée dans la Société nationale des constructions aéronautiques du sud-ouest (SNCASO). Marcel fut élu administrateur délégué de cette entreprise où l’Etat était actionnaire majoritaire.

Avec l’argent qu’il reçut suite à cette expropriation, il investit dans la Société anonyme des avions Marcel Bloch (SAAMB), un bureau d’études qu’il a créé en décembre 1936. Grâce à son statut d’administrateur délégué de la SNCASO, il prit l’habitude de passer des contrats avec la SAAMB. Cette façon de faire lui a valu le mécontentement de nombreux médias dont Gringroire qui s’acharne sur lui jusque durant la deuxième guerre mondiale.

Durant la Course aux armements d’avant la deuxième guerre mondiale, le secteur aéronautique connut une croissance fulgurante. Alors qu’en 1937, la SNCASO comptait 1 500 ouvriers, en 1940, elle en comptera 7 000. Cette croissance a donné naissance à l’usine de Châteauroux sur le compte de la SNCASO.

Cette croissance favorisa également les affaires personnelles de Bloch puisqu’à part son usine à Saint-Cloud, il en fit construire une autre à Thiers avant de fonder le bureau d’études Bordeaux-Aéronautiques le 17 octobre 1939.

En 1940, il donna finalement sa démission à la SNCASO pour se consacrer entièrement à ses affaires personnelles.

Dassault

Marcel Dassault durant la deuxième guerre mondiale

En juillet 1940, Marcel Bloch reçut une commande de 200 Bloch 175 de Focke Wulf. A cause de l’acharnement de Gringoire sur sa personne et qui le traitait publiquement de juif, il fut arrêté le 6 octobre 1940. En janvier 1941, grâce à l’intervention du ministre de l’intérieur, il est arrêté et assigné à résidence à Thiers où il faisait construire une nouvelle usine. Sa libération attisa encore plus le mécontentement de Gringoire auquel se joint Au Pilori. Il fut, de nouveau incarcéré le 9 avril 1941. Il est libéré sous caution le 13 octobre de la même année, mais fut à nouveau interné au bout de quelques heures de liberté.

Durant sa détention, le Commissariat aux questions juives ordonne des enquêtes sur les sociétés Bloch, mais Bloch ne fut aryanisée.

En 1944, Marcel est arrêté par la Gestapo sur des raisons obscures. Sa femme Madeleine et leur fils, Claude furent également arrêté le 30 mars, mais relâchés dès le lendemain. Marcel les retrouve ensuite, avec son autre fils Serge, au camp de Drancy.

Le 17 août 1944, il fut déporté, sans sa famille à Buchenwald. Alors âgé de 52 ans et avec son état de santé fragile, il n’espérait pas en sortir vivant, mais grâce à l’aide de Frager, Albert Baudet et du « Comité des intérêts français », il put en ressortir vivant en avril 1945.

Marcel Dassault au lendemain de la guerre

En 1946, il change son nom en Bloch-Dassault avant d’adopter simplement Dassault. Ce nom est tiré de la déformation du nom de code « Chardasso » que son frère, Darius a utilisé durant la résistance.

En 1950, il se convertit au catholicisme et est élevé à la dignité de grand-croix de la Légion d’honneur en 1956.

Avec son changement de nom, sa société fut rebaptisé Société des avions Marcel Dassault puis Générale Aéronautique Marcel Dassault. Une division électronique est créée en 1954 afin d’instaurer des radars sur ses appareils. En 1990, l’entreprise est renommée Dassault Aviation.

Marcel Dassault en dehors de l’aéronautique

A part l’aéronautique, l’homme s’intéresse aussi à la presse en créant Jours de France et en devenant, en 1962, un des actionnaires fondateurs de Minute.

Il fut également élu sénateur des Alpes-Maritimes puis est resté député de l’Oise jusqu’à sa mort. De 1978 à 1986, il fut le doyen de l’Assemblée nationale et a ouvert, le 2 juillet 1981, la première législature de gauche de la Cinquième République.

Vie privée de Marcel Dassault et fin de vie

Marcel Dassault a épousé Madeleine Minckès avec qui il a eu deux fils, Claude et Serge. Le 22 mai 1964, sa femme fut enlevée sous ses yeux pour être libérée deux jours plus tard. Ses kidnappeurs qui ont demandé une forte rançon ont été arrêtés.

Le 17 avril 1986, il meurt à l’hôpital américain de Neuilly. Le gouvernement Chirac lui organise des obsèques nationales avant son enterrement au cimetière de Passy.

 

Category: Histoire de l'aviation, Les pilotes et les aviateurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *