6 milliards d’euros supplémentaires pour l’armée française

Actualité avions

Les attentats qui ont récemment touchés la France ont fait réfléchir le chef d’État qui a décidé d’affecter six milliards d’euros de crédits de plus au budget de l’armée. Une somme colossale qui va permettre de sauver 18 500 emplois sur les 34 000 licenciements prévus.

 

6 milliards d euros supplementaires pour l armee française

Un cadeau inespéré pour l’armée

C’est suite au Conseil de défense qui s’est déroulé vers la fin du mois d’avril que le président de l’État, François Hollande, a déclaré publiquement que malgré les impératifs de déficit public, 6 milliards d’euros de crédits supplémentaires seront mis à la disposition de l’armée dans le cadre de la programmation militaire. Selon le chef d’État, cet « effort » est le fruit des attentats du début de l’année 2015. Avant d’annoncer la bonne nouvelle, le président a tenu à préciser que les 31,4 milliards d’euros prévus pour l’année 2015 restent valables, mais seront issus de crédits budgétaires. D’ailleurs, il a été prévu que toutes les recettes exceptionnelles pour la programmation militaire se feront sous forme de crédits budgétaires.
Pour confirmer et renforcer ses dires, le chef d’État a même ajouté que le ministère de la Défense peut déjà espérer disposer de ces crédits. Ceci signifie également une chose : la location de matériel discutée depuis six mois déjà ne sera pas pour cette année.

Le projet de location de matériel

Ce projet avait pour ambition de céder quelques participations publiques pour la création d’une ou deux sociétés spécialisées. Une fois créées, ces dernières auraient dû acheter à l’armée des matériels qu’elles vont lui re-louer ensuite. Il s’agissait alors d’un projet pour se faire de l’argent et qui aurait dû permettre de gagner les 2, 2 milliards d’euros attendus de la cession des fréquences de la TNT (télévision numérique terrestre). À défaut de meilleur projet, le ministère de la Défense a beaucoup compté sur cette location de matériel alors que Michel Sapin y était tout simplement contre. Quoi qu’il en soit, avec ces crédits supplémentaires, il n’aura pas encore lieu d’être.

3, 8 milliards de plus pour les crédits de personnes et d’équipements

Outre l’affectation des 6 milliards de crédits supplémentaires à l’armée, le chef d’État a également annoncé que 3, 8 milliards de crédits supplémentaires seront alloués pour la période 2016-2019. Ces crédits seront utilisés pour le financement :
– De l’opération Sentinelle donc va permettre de déployer 7 000 hommes pour la surveillance du territoire
– Du déploiement des troupes à l’extérieur
– De la maintenance des matériels éprouvés par les Opex
– De l’achat de nouveaux matériels pour le renseignement, la cyberdéfense et l’aéronautique
Pour François Hollande, ces 3, 8 milliards sont couvrir les crédits de personnes et d’équipements. Pour l’armée, ceci signifie que 18 500 postes vont pouvoir être sauvegardés alors que l’État prévoyait d’en supprimer 34 000. En d’autres termes, d’ici en 2019, son effectif total ne diminuera que de 7 300 postes.

En vidéo :

Les critiques de l’UMP

Alors que ces changements de la loi de programmation seront présentés au Conseil des ministres le 20 mai prochain, l’UMP a vivement émis des critiques à leur encontre.
Selon Jean-François Lamour, député UMP de Paris, les 3, 8 milliards permettraient soit de financer la poursuite des programmes d’armement soit la déflation des effectifs, mais non pas les deux. Si le gouvernement souhaite quand même maintenir les deux projets, il lui faudra ajouter 4 milliards de crédits de plus pour les mener à bien. Il est toutefois « pour » l’abandon du projet de location de matériel.
Du côté de François Cornut-Gentille, député UMP de la Meuse, il critique surtout les réponses évasives du chef d’État lorsqu’on le questionne que la provenance de ces sommes. Selon le député, les 31, 4 milliards pour le budget 2015 est tout simplement impossible puisque les dépenses ont été revues à la hausse suite aux attentats. L’armée devra alors chasser de son programme de cette année l’acquisition de nouveaux équipements militaires, car même sans cela, elle devra déjà se serrer la ceinture.

Category: Actualité avions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *